Le Télégramme

tele


WooooW

                 Voici un lieu qui m’a toujours intrigué. Située face au métro Jean Jaurès, la bâtisse est immense et il faut gravir une dizaine de marches pour y accéder. Cela annonce déjà la couleur, ce lieu se veut mystérieux et exceptionnel.  Le restaurant dispose de deux salles (la seconde se trouve à l’étage).

Je bavais depuis le temps sur leur fameux burger ! Et bien, il était largement à la hauteur de mes espérances. La disposition était très jolie, les frites étaient enveloppées dans du « journal », le tout étant dressé sur une ardoise. Le hamburger était délicieux, le steak était consistant plus le foie gras c’était parfait ! Aucun faux pas, les frites étaient excellentes, c’était très copieux.

Le point négatif est clairement l’accueil, les serveurs n’étaient pas très humbles. Attendre patiemment d’avoir l’addition, devoir demander une carafe alors qu’ils étaient trois à ne rien faire..ils faisaient plutôt office de décoration.

Quand au prix.. Il faut prévoir le budget. Le burger seul est de 18€, mails il est présent dans la formule entrée plat dessert, pour environ une trentaine d’euros. C’est l’endroit à prévoir pour une occasion particulière.

11133960_10207034878017385_4715691023434821159_n

11 réflexions sur “Le Télégramme

  1. J’aime beaucoup ton blog. Dommage que je n’habite les environs de Toulouse car nombreux sont tes billets qui me font saliver. Je note néanmoins une chouette adresse comme celle-ci. On ne sait jamais, cela peut servir…

    Aimé par 1 personne

  2. J avais deja vu ce batiment plusieurs fois et bien que ce soit loin de chez moi j irai essayer, tu m as donne envie 😀
    On parle beaucoup de Blend et Big Fernand pour les burgers mais pas beaucoup de celui ci!

    J'aime

  3. Cher Justine, grand merci d’être une fidèle lectrice de mon le blog.
    Je parcours très souvent le vôtre et j’avoue être très désarçonné à la fois par la description des Burger et les prix pratiqués, ainsi que la façon dont la consommation de ce type de produit annihile bon nombre de satisfactions gustatives et de convivialité –pour moi.
    Partisan de la bonne vieille table où trônent assiettes, verres et couverts en quantité, serviette pliée façon origami ou simplement posée, les petits pains chauds à la fois doré et croustillant sur le dessus, légèrement tiède à l’intérieur avec une mie aérée, l’apéritif et sa mise en bouche, l’entrée au parfum délicat présenté artistiquement à base d’un duo de foie gras poelé et mi-cuit accompagné de quelques petites feuilles de salade assaisonnée avec une huile d’olive Picholine presser à froid et filtrer mélanger un vieux vinaigre de noisette ou de noix avec quelques gouttes de vinaigre balsamique hors d’âge, dégusté comme il se doit avec un petit vin rouge léger d’Anjou de préférence … avant d’attaquer le plat principal où règne au centre de l’assiette un beau morceau de filet de bœuf du Mezenc persillé à souhait d’une tendresse et d’un goût à faire revenir tout végétarien sur leur décision, servi avec très petits légumes nains confits au préalable dans un vinaigre légèrement passé à la poêle et caramélisée sur le dessus accompagné d’une purée de poids gourmand, d’une courgette naine évidée emplie d’une macédoine de légumes du jardin juste passé à la poêle dans un beurre légèrement chaud laissant aux aliments leur texture, odeurs particulières, goûts différenciés s’alliant avec justesse au palais.
    Bien sûr il faut du temps, bien sûr il faut être accompagné, bien sûr il faut savourer le temps présent, bien sûr il ne s’agit pas de regarder sa montre, simplement discourir avec le la partenaire, plutôt la partenaire de préférence, peut-être même flirter un peu, badiner avant d’entreprendre le avant-dessert en général une mousse ou un sorbet, cette fois là ce fut un sabayon à la pistache en petite quantité mais permettant de passer le palais du plat principal, aux douceurs des desserts. Vous aurez le choix entre un méli-mélo de différents chocolats préparer de diverses façons accompagner d’une gelée à la pipermenthe et sa glace after eight. Vous pourrez toujours terminer si vous le désirez avec un bon café et suprême, chacun une coupe de champagne.

    C’est par où McDo ?

    J'aime

    1. Partageant un grand nombre de points, je ne vais pas dans ce type de « Restaurant » appelé communément « fast food » même si je connais deux propriétaires de nombreux points de vente en Bretagne et en PACA. Je ne parle jamais business avec eux, ayant à partager d’autres sujets.
      Aux USA on peut trouver à se restaurer de façon décente et goutteuse à des prix corrects, comme en UK et en Asie du Sud-Est. En Afrique Équatoriale où j’ai vécu trois années aussi.
      Il faut être prudent et avisé. Partout. Ce n’est pas Philippe Etchebest qui dira le contraire…

      J'aime

      1. Je sais bien que jeunesse s’affranchissant des codes qu’ils jugent démodés de la gastronomie traditionnelle ou nouvelle mais a base de produits selectionnés, se tournent vers le repas rapide souvent pour cause monétaire mais lorsque je vois le Burger a 16 ou 18 € j’ai vraiment l’impression qu’ils passent a coté de bonnes choses .

        J'aime

      2. Très bonne analyse. Dans mon village provençal un restaurant où pour 30,00 EUR on mange à deux correctement. C’est frais. Résultat j’y vais régulièrement.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s